OSEZ
LE CIEL
Une expérience inoubliable
Des questions ? 514 608-6018
 

FAQ

Un ultraléger de type pendulaire aussi appelé deltaplane motorisé est un avion biplace ou monoplace qui se pilote par déplacement du centre de gravité. Il comporte deux axes soit le roulis (pour nous permettre de tourner à droite ou à gauche) ainsi que le tangage (mouvement de montée et de descente). De façon à imager simplement le concept, il s’agit d’une aile de deltaplane avec son trapèze qui est placé sur un tricycle appelé chariot ou « trike » motorisé.

Poids au départ d'au plus 195 kg (429,9 lb).
Les avions ultra-légers sur lesquels nous volons sont reconnus pour leur fiabilité, leur robustesse et leur stabilité. Ce ne sont plus des « chaises de parterre volantes », ce sont des appareils tout à fait sécuritaires. Le seul danger c’est que aurez le sourire figé sur votre visage pendant un certain temps !
Soyez rassurés, nous n’aurez pas besoin de vous lancer dans le vide, ni de trouver une façon de descendre par vos propres moyens ! Un deltaplane motorisé, ça plane ! D’ailleurs, lors de la formation, votre instructeur vous apprendra à « lâcher les gaz » lors de votre descente pour l’approche vers la piste, de façon à simuler une panne et à vous transmettre les bons automatismes. Mais sachez que nos « appareils-école » sont munis de moteurs Rotax 912S qui sont reconnus pour leur performance mais aussi pour leur fiabilité.
Si vous vous trouvez les deux pieds ancrés au sol comme debout au sommet d’une tour, ou simplement sur un escabeau, vos pieds signalent à votre cerveau que vous êtes sur la terre ferme, mais vos yeux qui regardent tout droit devant vous eux, vous donnent la sensation que vous êtes dans le vide. D’où cette sensation d’être en déséquilibre ! Mais sachez que cet état de « vertige », ou « peur de tomber » ne survient généralement pas quand vos pieds ne touchent plus le sol.

Il est plutôt rare qu’une personne vive le mal de l’air à bord d’un ULM de type pendulaire, car plusieurs conditions favorisent entre autre la détente du passager. Le fait d’avoir une visibilité parfaite devant soi, de pouvoir regarder l’horizon et de ne pas avoir de « cabines fermées qui vous permettent de prendre l’air sont tous des facteurs favorables pour éviter le mal des transports ! Il est possible aussi d’appuyer votre tête de façon à minimiser les mouvements de celle-ci et du reste de votre corps.
Il faut savoir tout d’abord que cette activité est praticable en toute saison et que les appareils peuvent être munis de « roues », de « skis » ou encore de « flotteurs ». Chaque saison a ses propres avantages. L’été, il est agréable de voler en t-shirt et en sandales tout en sentant le vent chaud sur notre peau. L’automne est particulièrement magnifique avec les couleurs à couper le souffle. Et que dire de l’hiver où il est possible d’atterrir sur skis dans plusieurs champs enneigés etc.

Il est donc possible d’expérimenter le vol à tout moment de la journée, mais sachez que pour la formation, les débuts et les fins de journée sont propices à l’apprentissage car les conditions météo sont souvent plus clémentes, les vents plus légers etc.